ecran-rideau_etat2_-_copie.jpg ecran-rideau_etat2_-_copie.jpg ecran-rideau_etat2_-_copie.jpg ecran-rideau_etat2_-_copie.jpg ecran-rideau_etat2_-_copie.jpg ecran-rideau_etat2_-_copie.jpg ecran-rideau_etat2_-_copie.jpg
Créations À venir
2022

De Béjaïa à ...

Au Théâtre Molière > Sète · scène nationale de l'Archipel de Thau (34)

 

 

Pour ce spectacle théâtral et musical, l'autrice-compositrice s’empare et réinvente l’histoire de Tassadite. Née en 1932 à Toudja en Kabylie, Tassadite, fraichement mariée, atterrit au Bourget en 1955. En 2005, Christian Billières, voisin de Tassadite à Ivry-sur-Seine, lui propose d’écrire un vrai livre avec tout ce qu’elle a vécu. C'est un poignant témoignage de l’immigration algérienne de cette génération qui fut arrachée de son pays et des siens.

À la parole poétique et malicieuse de la vieille femme, captée en vidéo ou incarnée par la comédienne Saadia Bentaïeb, répondent les mélodies des chansons mêlées aux sonorités de la musique traditionnelle. Un métissage musical dans lequel excelle Claire Diterzi, inspirée cette fois par des récits de vie, celui de Tassadite mais aussi d'autres anonymes, qui font échos à sa propre histoire.
Des parcours qui incarnent les grandes questions de notre temps sur la place des femmes, la place du père, l’émancipation, la tolérance ou le lien avec la famille et la nature. Un dialogue inspirant entre le singulier et l’universel.

Claire Diterzi s'en empare et revient sur une part méconnue de son identité... Accompagnée d'une comédienne, d'un chanteur kabyle, d'un percussionniste et d'une harpiste électrique, elle nous livre une pièce joyeuse, joueuse et métissée, vibrante de ses origines multiples et croisant sans frontières les genres musicaux. 

 


Le covid-19 a malheureusement emporté Tassadite à l’automne 2021, coupant court à nos entretiens-interrogatoires filmés. J’ai dû changer mon fusil d’épaule et ai demandé au graphiste Olivier Jacques de faire le voyage-pélerinage jusqu’à Béjaïa afin de rapporter des dessins, vidéos et images de sa pérégrination.

Également, à mes côtés dans cette création, une comédienne, qui par le hasard de la vie (si tant est que le hasard existe...) s’est imposée à moi, pour sa voix, sa présence sur scène qui me subjugue, sans savoir que Béjaïa croisait également le fil de sa propre vie. Saadia Bentaïeb sera la voix de Tassadite, la voix de la femme, des femmes, la voix de la narratrice qui nous portera dans une distanciation pour nous ouvrir à l’universel. Ce spectacle est la rencontre d’une comédienne et d’une chanteuse, toutes deux de père kabyle qu’elles ont très peu connu, qui ne leur a rien légué de sa culture. Pour Saadia et moi, s’emparer du récit de vie de Tassadite, pénétrer dans son intimité, dans sa mémoire, c’est partir à la conquête de nos origines berbères, avec la complicité du chanteur Hafid Djemai, originaire lui-même de Bejaïa.

Au plateau également, dans un écrin de projections des images orchestrées par Patrick Volve, j’ai convoqué la harpiste Rafaëlle Rinaudo et le percussionniste Amar Chaoui, rompus aux sonorités traditionnelles (qui m’inspirent depuis toujours dans mon travail de compositrice). Ils me prêteront main forte pour créer un univers musical qui poursuit ce fil qui est le mien : le croisement sans 

frontières et sans aprioris des genres musicaux (du lyrique à la pop, de la tradition au rock), la sédimentation des sources d’inspiration et leur transformation. Malaxer, métisser, mailler, malaxer toujours...
Là où l’histoire de Tassadite résonne avec la mienne, son parcours fait aussi écho aux thèmes qui m’accompagnent, me hantent parfois et que je creuse inlassablement au fil de mes créations et de mes rencontres artistiques : la place de la nature, la place du père, la place de la femme, de toutes les femmes, l’émancipation dans son oscillation perpétuelle entre autonomie et liens au monde, la question enfin, de la tolérance, des préjugés, la question de la place de chacun et du regard de l’autre. Claire Diterzi

«Vous savez la vie c’est dommage. Parce que les gens ne connaissent pas, ne savent pas d’où on vient, d’où on arrive, et pourquoi.»

Mise en scène Claire Diterzi

Textes et musiques Claire Diterzi et Hafid Djemai
librement inspiré de « Tatassé - Mes rêves de combat – De Béjaïa à Ivry-sur-Seine »de Tassadite Zidelkhile & Christian Billières            


Conseil dramaturgique Christian Giriat
Conception graphique, images et dessins Olivier Jacques
Chorégraphie Dominique Boivin
Création vidéo Patrick Volve
Costume Fabienne Touzi Dit Terzi
Régie lumière et vidéo Nicolas Richard
Régie son Anne Laurin
Régie générale Jean Paul Duché
Production et diffusion Emmanuelle Dandrel

Saadia Bentaïeb - jeu, chant
Amar Chaoui -  percussions, chœur
Claire Diterzi - chant, guitare
Hafid Djemaï - chant, mandole, banjo
Rafaelle Rinaudo - harpe électrique, chœur

Production Je garde le chien


Coproductions 

  • Le Théâtre Molière -> Sète · Scène nationale de l’Archipel de Thau (34) ;

  • L’Atelier à Spectacle de Vernouillet · Scène conventionnée d’intérêt national «Art et création» de l’Agglo du Pays de Dreux (28) ;

  • Le Trianon Transatlantique · Scène conventionnée d’intérêt National «Art et création / Chanson francophone» à Sotteville-lès-Rouen (76) ;

  • La Comète · Scène nationale de Châlons-en-Champagne (51) ;

  • Les Théâtres Châtillon-Clamart (92) ;

  • Le Grand Angle · Scène régionale Pays Voironnais (38) ;

  • Les Scènes du Golfe – Théâtres Arradon-Vannes (56).

Ce spectacle est soutenu pour sa création par le dispositif Label Rayon Frais de la ville de Tours (37) et l’aide à la création de la région Centre-Val de Loire.

Avec le soutien de La Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon - Centre national des écritures du spectacle et du CENTQUATRE-PARIS.

Durée : 1h15

Conseillé à partir de 12 ans

5 interprètes & 3 régisseur·ses en tournée 

emma.dandrel@gmail.com

Projets de sensibilisation